Réseaux sociaux

Foto: 123RF / ppbig

La course aux likes

Pas de communauté sans followers ou likers. Toutefois, quantité ne rime pas forcément avec qualité ! Si la formule vaut pour nombre de domaines, elle concerne aussi, et surtout, les réseaux sociaux, notamment Facebook et Instagram Le plus important, ici, n’est pas le nombre de followers affiché sur un compte, mais la qualité de ces derniers.

 

Likers mal acquis...

On a tendance à croire que plus on est suivi par un grand nombre de personnes, mieux c’est. Erreur ! Dans un premier temps, et on l’a tous fait, on demande à son entourage de liker sa page Facebook. Puis, après avoir dépassé le cap des 100 likers, on change de stratégie. Pour en capter toujours plus, certains, à la suite d’une formation sur Facebook, créent un faux profil et appliquent la procédure suivante :

1. Demander à être ami à un client par le biais du faux profil.

2. Attendre qu’il accepte l’invitation.

3. Lui demander de liker sa page.

4. Recommencer la procédure pour chaque client.

Si, d’abord, cette procédure semble opportune, combien de temps faut-il y consacrer pour parvenir à un résultat acceptable ? Que se passe-t-il si le nombre de likers n’est pas de 100, mais de 1 000 ? Faudra-t-il envoyer 1 000 demandes ? Dans les faits, les personnes renoncent avant d’arriver à ce chiffre en concluant que Facebook ne marche pas pour elles.

 

Pire encore

Il y a ceux qui achètent de faux likers. Ils sont rares, mais existent aussi dans l’univers de l’esthétique. Généralement, et d’après mon expérience, ces méthodes sont plus du fait des marques et distributeurs que celui des instituts de beauté. Eh oui, certaines marques préfèrent gonfler artificiellement leurs chiffres sur Facebook. Il est effectivement possible d’acheter des likes, des likers, des commentaires et même des avis. À quel prix ? Environ 30 euros les 1 000 likers et un euro le like. Pas d’impunité pour les tricheurs. Des outils de suivi existent. Facebook traque les indélicats et supprime les faux likers, likes, avis et commentaires. Acheter de faux likers se voit. Il suffit de suivre les statistiques des pages Facebook et des comptes Instagram pour le constater. Lorsque des comptes et/ou des pages ont des poussées de likers spectaculaires en moins de vingt-quatre heures, le questionnement est de mise.

 

Doucement, mais sûrement

Quand bien même cette phase, dans un premier temps, peut sembler ingrate, il est préférable de construire sa communauté et de poster des contenus de qualité. Réseaux sociaux ou pas, il faut bien labourer pour récolter. Chaque liker acquis proprement a une vraie valeur, car c’est un client ou prospect, et non un fantôme venant appauvrir vos statistiques.

 

Adamas Ly